Résister et inventer des possibles

Toutes les versions de cet article : [français] [ Deutsch ] [ English ] [ Español ]

Jeudi 24 – 14 h 15 - 16 h 15
Allemand, Français
 GA 144  Ouvert à tou⋅te⋅s !

Notre-Dame-des-Landes, c’est d’abord, et depuis le début, la bataille de paysans pour sauver leur outil de travail, c’est ensuite un combat écologique pour sauver un espace de biodiversité, c’est globalement une résistance contre l’aéroport et son monde, contre un Grand Projet Inutile et Imposé. En 2017, cette lutte est devenue et reste une lutte emblématique, en France et au-delà. La force et la durée de cette résistance, la diversité des participant.e.s et de leurs histoires, la pertinence des problématiques soulevées, tout ceci a trouvé un écho très large. Elle se passe dans la rue, sur les 4 voies ou… dans le bocage comme lors de l’opération César en 2012, et des centaines de citoyens se tiennent prêts à affronter une opération César 2 dans les mois à venir.

Elle s’enracine aussi par l’occupation de terres et de bâtiments expropriés. Des pratiques alternatives aussi bien en termes de production, d’échange (non monétaire) que d’organisation de la décision et du vivre en commun permettent d’inventer des possibles. Depuis plusieurs années, beaucoup de choses se construisent de manière souvent créative du côté des zadistes : habitats, production agricole, électrique, de pain, non-marché, collectifs de vie, coopération, autogestion, intégration de personnes en difficulté... Ils ne prétendent pas avoir la solution, ils savent simplement ce qu’ils qu’ils veulent et... ne veulent pas.

A partir de ces exemples, cet atelier se propose de voir comment résistance et construction peuvent se conjuguer au quotidien, et tracer un chemin vers un autre monde possible.

Intervenant⋅e⋅s

  • Nicolu

Organisation

  • Attac France, France
  • Collectif Mauvaise Troupe, France
  • Attac Allemagne